Bénédiction de Bonnevaux

Leonardo Leonardo

[vc_row][vc_column][vc_single_image image= »675″ img_size= »full »][vc_column_text]Bienvenue à Bonnevaux au début de notre voyage, notre mission, ici. Merci d’être venu avec nous et de votre présence pour nous soutenir et nous inspirer. Merci à Mgr Wintzer de nous accueillir chaleureusement dans le diocèse ici. Merci au Père Christophe pour la gentillesse fraternelle de la communauté monastique de Ligugé. Merci à Sandra la maire de Marcay pour votre accueil et votre soutien. Et merci au frère John, le prieur de ma communauté à Turvey en Angleterre. Merci à nos voisins et aux méditants de Poitiers et de la région et à chacun de vous qui consacrez votre temps et vos talents à Bonnevaux.

Meister Eckhart a déclaré que la meilleure, voire la seule vraie prière, est «merci». Donc j’ai déjà tout dit.

Merci à Dieu de nous avoir amenés à Bonnevaux et de nous faire tomber amoureux de l’esprit de paix et de beauté ici, que nous voulons construire et renouveler pour que nous puissions le partager avec le monde entier. Aujourd’hui, nous bénissons Bonnevaux en tant que lieu de paix et pour la paix dans notre monde troublé et divisé.

La paix est une manifestation de la conscience pure. Nous ‘possédons l’esprit du Christ’ nous dit saint Paul et c’est la vocation de Bonnevaux et de notre communauté. La conscience peut décliner et s’assombrir. Nous devons le chérir et voir qu’être conscient signifie être éveillé et pratiquer l’attention. Le signe de ceci est l’esprit d’amour et de gentillesse. Saint Benoît l’a compris d’une manière pratique et nous demandons donc sa protection et sa bénédiction aujourd’hui pour que la vie d’une communauté puisse commencer à grandir ici. Nous vivrons ici dans l’esprit primitif de la Règle de vie de Benoît.

C’est un lieu de vie, une tradition consciente. Les bâtiments témoignent de ce sens du sacré. Nous allons aimer la terre et les bâtiments pour cette raison. La tradition est un courant de conscience qui traverse le temps – à travers les millénaires. Et elle semble aussi présente dans certains endroits physiques. Dans ces endroits, simplement venir et être là nous rend plus éveillé. Nous sentons et prions que Bonnevaux puisse être – et soit – un tel lieu.

Il y a huit cents ans, au début du XIIe siècle – et peut-être beaucoup plus tôt – la vie contemplative était vécue ici dans cette belle vallée. Nous nous sentons appelés à perpétuer cette tradition de manière simple – en pratiquant le silence, l’hospitalité, en travaillant, en pensant de manière créative, en mangeant, en dormant, en respirant au simple rythme de la vie ouverte à tous dans l’esprit du Christ. En amitié avec tous les chrétiens et tous les chercheurs et les adeptes de toutes les religions. Accueillir le dialogue avec les institutions laïques de notre temps qui recherchent aussi un esprit contemplatif et de nouvelles formes de leadership.

Nous prions pour que nous puissions témoigner ici de la simplicité de la vie, du besoin de discipline et d’harmonie personnelle pour trouver la vraie liberté, pour trouver le pouvoir de la solitude qui guerit de l’isolement terrible de notre temps, de la méditation comme moyen de réaliser le terrain d’entente de la communauté humaine. Clément d’Alexandrie a dit – rien qui n’est contre la nature est contre Christ.

Bonnevaux aura la chance d’être à la fois enraciné localement dans cette partie très particulière de la France au cœur de la nouvelle Europe et aussi le centre d’une famille mondiale.

John Main croyait qu’un silence profond éveille le cœur humain et que, lorsque nous devenons silencieux, nous devenons aussi simples. Il y croyait et il enseignait une pratique tirée du cœur de sa tradition monastique chrétienne qui pouvait être suivie et partagée avec tous. Nous demandons aussi sa bénédiction pour Bonnevaux aujourd’hui et tous les jours à venir.

 

 

 

Laurence Freeman OSB

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

';