Une agriculture plus douce avec Thomas Litzler

Avatar Paola Di Pietro

Nous rencontrons aujourd’hui Thomas Litzler qui a mis en route à Bonnevaux une « agriculture plus douce ». Dans cet entretien, il nous explique comment il s’est rapproché du mouvement de la permaculture, qui signifie une approche contemplative de l’agriculture, et comment s’est développée sa relation avec l’abbaye.

Comment vous êtes-vous rapproché du mouvement de la permaculture ?

J’ai entendu parler de permaculture pour la première fois lorsque j’ai commencé à étudier l’écologie à l’âge de 18 ans. Certains de mes amis étaient très enthousiastes à ce sujet. Mais à cette époque, je voyais plus grand : je pensais que la transition individuelle ne suffisait pas : elle devait être réalisée par des politiques publiques. J’ai ensuite travaillé pendant 4 ans comme fonctionnaire, en m’occupant de la biodiversité et des espaces naturels.

Il s’est avéré que les acteurs publics m’apparaissaient souvent dépassés sur ces questions et que toutes les décisions étaient très lentes à prendre. J’ai donc quitté mon travail et le mode de vie urbain pour voyager en Nouvelle-Zélande pendant 1 an.

C’est là que j’ai vraiment découvert la permaculture qui m’a paru magnifique et dont j’étais pleinement convaincu du potentiel, tant pour moi que, à une échelle plus globale, pour nos sociétés occidentales.

Quelle est la différence entre une « agriculture plus douce » et l’agriculture traditionnelle ?

Pour moi, il s’agit en fait de la relation que nous avons avec la Terre. Une « agriculture douce » repose sur l’amour et le respect de la nature ; nous voyons qu’il y a quelque chose de magique dans les processus naturels. Nous respectons les caractéristiques, les limites, peut-être même la personnalité de la terre. J’aime les mots « stewardship » [gérance] et « husbandry » [agriculture et élevage] car ils ont une signification particulière en anglais (dont nous n’avons pas de traduction équivalente en français !).

Alors que l’agriculture traditionnelle considère souvent la terre comme un capital, un atout pour les entreprises qui ont besoin d’une ingénierie lourde pour en tirer quelque chose.

Alors que l’agriculture traditionnelle considère souvent la terre comme un capital, un atout pour les entreprises qui ont besoin d’une ingénierie lourde pour en tirer quelque chose.

Comment votre relation avec l’Abbaye s’est-elle développée tout au long de cette année ?

Le fait d’avoir été accueilli par la communauté de Bonnevaux a été magique. Tout ce dont j’avais besoin, tout ce que je pouvais souhaiter m’a été donné dès mon arrivée à Bonnevaux. Ce qui est étonnant, c’est qu’on m’a parlé du lieu et du projet lorsque j’étais en Nouvelle-Zélande. Je me suis senti béni, j’ai été conduit au bon endroit pour m’enraciner, enraciner ma vie et mon projet. La communauté était incroyablement généreuse et confiante avec moi. Cette année cependant, la situation avec le covid a beaucoup changé les choses ici et je ne suis pas en mesure de passer autant de temps que je le voudrais avec la communauté. Espérons que les choses reviendront bientôt à la normale.

Dans une présentation précédente sur ce projet, vous avez parlé d’une approche contemplative de l’agriculture. Pouvez-vous nous expliquer un peu ce que cela signifie pour vous et comment cela s’est traduit concrètement cette année ?

Avoir une approche contemplative de l’agriculture signifie travailler, penser, ressentir, être dans le présent. Être pleinement présent. Faire ce que je fais. Être pleinement ouvert à ce qui m’entoure. Aimer toutes les formes de vie qui m’entourent, ainsi que le ciel, le vent, le froid et la pluie. Ecouter vraiment les gens que je rencontre et leur donner autant d’espace et de liberté que possible. Il s’agit aussi d’écouter mes perceptions et mon intuition quand il est temps de prendre une décision, au lieu de me fier uniquement à ma pensée rationnelle.

Que signifie ce projet pour vous ?

La vie !

Quel a été l’impact de la pandémie sur vous et votre travail ?

À part la relation avec l’abbaye que je viens d’évoquer, les choses n’ont pas beaucoup changé. C’est là que mon activité est merveilleuse : c’est dehors, en plein air, loin des foules, entouré de beauté. Comme l’agriculture est essentielle à la vie de chacun, elle est autorisée par le gouvernement, ce qui signifie que je peux toujours vendre mes légumes et obtenir les fournitures dont j’ai besoin.

Quels sont vos projets pour les mois et l’année à venir ?

J’ai toujours beaucoup de projets, beaucoup d’idées pour développer la ferme et développer la relation avec la Terre ! Parce que j’aime ce que je fais et que cela me passionne. Il est certain que la sagesse serait de réduire mes ambitions ! De pouvoir courir moins, diminuer mon rythme de travail, et surtout : penser moins. Alors, il y aurait plus d’espace pour être simplement. Amoureux du monde.

';