Une conversation avec Anja: Comment vivre centré sur son coeur en acceptant ses fragilités

Avatar Paola Di Pietro

Nous avons rencontré Anja qui vient de Belgique et a participé à la retraite pour les Jeunes adultes en 2019.

Anja T'Kindt
Anja T’Kindt

Parlez nous de vous, d’où venez vous, qu’est ce qui vous a conduit à la méditation?

Je m’appelle Anja T’Kindt, j’ai 43 ans,et je vis en Belgique. Je médite depuis maintenant 5 ans . J’ai commencé à méditer d’une manière très naturelle, je ne savais pas vraiment que je méditais. Je vis et travaille à la communauté de l’Arche depuis plus de 20 ans. Je suis habituée à vivre avec des personnes ayant des handicaps mentaux. Les gens de l’Arche m’ont appris à vivre d’une manière simple, dans le moment présent, en laissant voir ses fragilités…

Ils m’ont appris que le plus important dans la vie c’est d’aimer et être aimé. Ils m’ont appris à apprécier le silence et à me sentir simplement emplie de leur amour et à les aimer de la même manière. J’ai découvert que je pouvais aussi ressentir cet amour, même si je n’étais pas physiquement avec eux. Quand j’ai passé des moments difficiles (mon père est mort), j’ai pris le temps de m’assoir en silence dans la chapelle et d’être juste là à éprouver la compassion de l’amour de Dieu. J’ai appris plus tard d’un ami que c’était une sorte de méditation et que je pourrais approfondir cette prière en disant un mantra. C’est ainsi que j’ai commencé à méditer dans la tradition chrétienne transmise par John Main.

Que pensez-vous de l’expérience de la méditation ? Quelle est son importance dans votre vie ?

Plus je médite, plus j’aspire dans ma vie au silence, et plus je prends le temps d’aller vers l’intérieur dans mon coeur. Je suis une femme très occupée qui a toujours plein de projets et d’idées.

La méditation m’aide à vivre davantage en accord avec l’amour et la paix à l’intérieur de moi. C’est comme si Dieu vivait dans mon coeur et que je n’ai qu’à m’asseoir sur ses genoux et à écouter sa respiration comme une enfant. Parfois cela m’apporte la paix, parfois pas vraiment. Mais finalement cela m’est égal, je suis simplement heureuse d’être un moment avec Dieu.

La méditation est devenue pour moi un guide de vie que je dois suivre. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais je sais que je dois le faire. Bien sûr cela m’aide à mieux dormir, à moins m’énerver, à mieux me contrôler, mais ce n’est pas le premier objectif. Les personnes de ma communauté qui ont un handicap mental m’ont appris que aimer et être aimé est ce qu’il y a de plus important dans la vie et c’est ce que je ressens quand je médite. La méditation me transforme et je transforme le monde. C’est pour moi une manière de vivre prophétique.

La méditation est devenue pour moi un guide de vie que je dois suivre.

Combien de temps êtes-vous restée à Bonnevaux ? Qu’y avez-vous le plus apprécié ? 

J’ai passé une semaine à Bonnevaux cet été pour la Retraite des jeunes adultes. C’était pour moi comme revenir chez moi. Je vis à l’Arche et j’ai trouvé la même manière de vivre ensemble : dans la simplicité et avec humour partager nos forces et nos faiblesses. L’essentiel à Bonnevaux est la méditation ensemble et les moments de prière dans la chapelle. Je me suis sentie chez moi durant ces prières, car il n’y avait pas beaucoup de mots mais juste le silence au milieu de nous. J’ai aussi été très surprise de l’ouverture aux différentes sortes de vocations religieuses. La plupart des monastères que je connais sont destinés à des personnes âgées et si vous voulez les rejoindre vous devez suivre une organisation.

A Bonnevaux j’ai pu constater que de nouvelles formes d’engagement dans les monastères sont possibles. Des laïcs, des oblats, des sœurs, des prêtres, vivent à court ou long terme reliés à la même source et de manière égalitaire, chacun à sa manière personnelle. C’est à mon avis un exemple de la vie religieuse dans le futur. J’étais très heureuse de voir cette nouvelle manière de mener sa vie spirituelle.

Comment voyez-vous l’importance d’être dans une communauté ?

La communauté aide à se concentrer sur la méditation., à avoir la discipline de méditer régulièrement. Cela m’encourage, encore maintenant. Quand je suis seule chez moi, cela m’aide de savoir qu’il y a des gens à Bonnevaux qui méditent. Un grand rêve serait de voir sur internet les temps de prière à Bonnevaux, afin de pouvoir y participer!

La communauté m’aide aussi à partager mes difficultés et mes fragilités. Cela fait du bien de sentir que je ne suis pas seule et que les autres nous aident et pensent à nous. La communauté m’aide à sortir de ma zone de confort et à démarrer de nouveaux projets. Les membres de la communauté viennent de partout dans le monde et cela me fait ressentir que j’appartiens à une famille mondiale. C’est ainsi évident pour nos membres et pour le monde entier qu’il est possible de vivre en paix et dans la diversité. C’est un excellent signe pour le monde, simplement en vivant ensemble.

le cloître de Bonnevaux
le cloître de Bonnevaux

Que diriez-vous à ceux qui envisagent de venir visiter?

Bonnevaux est un lieu pour me ressourcer. La communauté présente sur place vous accueille et vous aide à avoir la discipline de méditer. La beauté et le silence du lieu aident à se rapprocher de son coeur et de Dieu. La vie religieuse change. Elle ne peut continuer comme ces derniers siècles.

Une nouvelle manière de vivre la religion prend forme à Bonnevaux. J’en vois déjà les germes. Je suis fière d’y avoir participé. Bonnevaux montre qu’il est possible de vivre autrement, de vivre centré sur son coeur, sur la paix, et en acceptant nos fragilités.

Nuit pleine d’étoiles à Bonnevaux
Nuit pleine d’étoiles à Bonnevaux

';